Les armoiries de la famille Robitaille

Armoiries des familles RobitailleLors d'un brunch le 21 octobre 1990 au Centre Mgr Marcoux, nous avons dévoilé officiellement les armoiries de notre grande famille. Ce blason a été préparé par monsieur l'abbé Lucien Godbout, héraldiste, du Séminaire de Québec.

Officiellement nos armes se définissent ainsi :

D'azur au chevron d'or accompagné à dextre, de trois fleurdelys chargées d'un lambel à quatre pendants le tout d'or, à senestre, d'une charrue et de quatre tiges de blé, du même; et, en jointe, d'une colombe tenant dans son bec un rameau d'olivier dominant trois ondes, le tout d'or.

Pourquoi tous ces éléments? Après discussion au conseil d'administration et avec plusieurs de nos membres, nous les avons retenus pour les raisons suivantes:

Le champ de l'écu est d'azur, c'est la couleur du Québec et de la France, c'est le bleu du ciel. Le chevron, ou un « V » renversé, est une pièce honorable qui divise le champ d'écu en trois parties.

Chevron

À la gauche, trois fleurdelys sur un lambel à quatre pendants; ceci provient des armoiries de l'Artois, ancienne province de France, qui est le lieu d'origine de nos ancêtres.

Lambel

À droite, une charrue surmontée de quatre tiges de blé. La charrue, c'est le labeur ardu de nos ancêtres pour défricher la terre ancestrale. Les quatre tiges de blé représentent le fruit du travail des quatre frères Robitaille : Jean, Nicolas, Pierre et Philippe.

Charrue surmontée de 4 épis de blé

Et au centre, c'est la colombe à la branche d'olivier, provenant des armoiries de Théodore Robitaille, qui fut lieutenant-gouverneur, et certainement le plus célèbre ancêtre de notre famille. Symbole de pureté et de paix, la colombe signifie aussi la descendance.

Colombe

Finalement les trois ondes représentent respectivement le ruisseau Saint-Michel de la terre ancestrale, le fleuve Saint-Laurent qui traverse toute notre patrie et enfin l'océan Atlantique que nos ancêtres ont péniblement traversé pour s'établir à Champigny. On peut y voir aussi les sillons des labours de nos ancêtres, fils de laboureur.

Onde

Pour le métal, nous avons choisi l'or qui provient des armoiries de Théodore Robitaille, et en même temps, cette couleur ajoute une touche de la branche de France, car l'or figurait sur les armoiries de Guillaume Robitaillie, Doyen des Chanoines de Saint-Pierre de Cassel vers 1701.

 

Monsieur l'abbé Godbout qui a rédigé la description complète du blason après avoir apporté les modifications suite à nos suggestions, s'exprime ainsi dans sa dernière lettre :

« Merci de votre confiance et félicitations pour un blason simple, très équilibré, très symbolique et clair. »

Et c'est à notre tour de remercier monsieur l'abbé Godbout pour ce beau travail héraldique.

Il restait une devise à trouver pour compléter les armoiries. Un concours parmi les membres a été organisé et un jury a été formé pour porter un jugement sur les propositions reçues. La devise retenue fut TRAVAIL ET FIERTÉ, proposée par Mme Béatrice Robitaille Ferland

René Robitaille, ing., Québec

Lexique

À dextre :
à droite sur l'écu correspondant à gauche pour celui qui lit.
À senestre :
à gauche sur l'écu correspondant à droite pour celui qui lit.
Chevron :
pièce honorable formée de deux pièces assemblées en angle aigu.
Écu :
corps de tout blason, ordinairement en forme de bouclier.
Lambel :
brisure placée en chef, et qui consiste en un bâton d'où pendent des denticules.

Exigences de la science et de l'art héraldiques

  • Il ne faut jamais mettre couleur sur couleur ou métal sur métal, sauf si le motif ou la partition touche à deux émaux.
  • Toute perspective doit être évitée.
  • Tout dégradé de couleurs ou d'émaux est interdit.
  • Tous les dessins sont mis à plat.
  • Le réalisme des objets ou motifs est totalement exclu. L'héraldique est un art de symboles. Tout est symbolique.

Exigences du dessin héraldique

  • Il faut tenir compte de l'équilibre des formes.
  • Les dessins de droite doivent s'équilibrer avec ceux de gauche.
  • Il faut savoir utiliser les partitions de tout genre afin de faire valoir les motifs ou objets.
  • Tous les motifs ou objets doivent être proportionnés entre eux et par rapport à l'ensemble.
  • L'ensemble doit être simple, facile à voir et nettement exprimé.
  • La simplicité des objets ou motifs doit être la qualité dominante.